tumblr_m8hwaqTKPN1rpbsh2o1_500_large                                                                                             SummerVille.Chap.2

 

 

SummerVille est vraiment une petite ville ! Il faut que je fasses vite connaissance avec tout le monde pour ne pas passer pour quelqu'un de suspect...Je ne pense pas reprendre mon boulot de tueuse ici, sa a l'air plutôt calme. Je ne cherche pas d'embrouille, je veux juste recommencer ma vie.

Je m'arrête à une station d'essence pour m'acheter des cochonneries et aussi pour faire le plein. Lorsque je sors de la voiture, je remarque de suite que le mec d'en face me regarde. Je replonge dans ma voiture et glisse mon flingue dans ma ceinture. Oui, je suis parano mais on sait jamais !
Je ressors, lui souris et empoigne le manche que j’introduis dans ma voiture.


- Vous n'êtes pas d'ici vous, je me trompe ?
- Non, vous avez tout juste !


Il doit avoir la vingtaine. Il a une tignasse blonde décoloré et des yeux cachés derrière des lunettes de soleil noir.


- Vous vous appelez comment ? Insiste-t-il.
- Nella, Je dis d'une petite voix parce que je n'étais pas sûr que se sois sa sur mes nouveaux papiers... Vous n'avez qu'a m'appeler Nel's !


Je lui tends la main par dessus les bidons d'essence et il me rend ma poignée d'une main douce mais sec.


- Moi c'est Joshua. Alors, qu'est-ce qui vous amène ici ?
- Vous êtes flic ou quoi ? Rigolais-je.
- Non, pardon, vous êtes mignonne c'est tout.


Je ris d'un rire amère alors qu'il joue des sourcils avec un sourire en coin. Sérieusement ?


- Vous êtes tous comme ça ici ?
- Ho ciel, non ! Sa serais affreux hein ? Rigole-t-il.
- Horrible, Murmurais-je dans ma barbe en retirant le tuyau de ma voiture, Je ne cherche pas de relation en ce moment...


Il me ragarde d'une toute autre façon à présent et se passe la langue sur sa lèvre supérieur, se qui attire mon regard.


- Sa tombe bien, Dit-il d'une voix rauque, Moi non plus.


Puis il rompt le charme en me pointant ma voiture du doigt :


- Bel engin ! C'est une MG je me trompe ?
- C'est bien sa, 1967.
- J'adore les vielles voitures.


J'opine tout en me dirigeant vers la supérette de la station. Je sais que je dois paraître sympa avec tout le monde mais pour une raison que j'ignore, ce type me semble étrange.
J'entre alors, dans la supérette, Joshua dans mes pattes. Une musique de fond me rappelle ces films d'horreurs où des zombies sortent de nulle part pour se nourrir du cerveaux des gens en panne d'essence.


- Si vous voulez que je partes, vous n'avez qu'à me le dire, Dit-il soudain.


J'hausse les sourcils d'un air étonné tout en prenant un packet de Skeattles. Cet homme est vraiment étrange !


- Vous n'avez pas de voiture ? M'étonnais-je en constatent qu'il n'y a que la mienne sur le parking.
- Un ami m'a déposé ici.


Il n'en dit pas plus, puis son regard s'attarde sur le caissier qui écoute de la musique tout en jouant avec son téléphone. Il est gay ? Il veut se faire le caissier ?


- Vous faites quoi ce soir ? Demande-t-il tout à coup.
- Je pense qu'on peut se tutoyer, non ?
- D'accord, tu fais quoi ce soir ?


J'hausse les épaules d'un air désinvolte.


- Invite moi, Concluais-je sur un coup de tête.
- Je ne sais pas si tu accepteras...
- Pourquoi ?
- Parce que tu vas surement appeler la police dans les 10 minutes qui vont suivre.


Je fronce les sourcils, ne comprenant pas ou est-ce qu'il voulait en venir. Il était clair qu'il avait envie de coucher avec moi, alors pourquoi parler de police ?
Je mis machinalement ma main a ma ceinture lorsqu'il ouvrit sa veste et glissa sa main dedans. Mais il y sorti juste son téléphone :


- Donne moi ton numéro, on sait jamais.


Je lui donna un faux numéro et continua a piocher dans les rayons de cochonneries. Tout à coup, le caissier vint à nous et s'indigna :


- Je vous ai vu manger dans le packet la !
- Oui, mais je compte le payer, Dis-je en secouant le packet de Skittles devant le monsieur.
- D'abord tu paies, après tu manges !


Joshua s'interposa entre le mec et moi et dit d'une voix calme :


- C'est bon, elle a dit qu'elle aller le payer.
- Oui, Insistais-je, C'est quoi le problème ?


Le caissier commençais vraiment a s'énerver et se qu'il dit me sortis de mes gants :


- Ecoute moi bien salope ..
- Pardon ? Dis-je calmement mais en lui lançant un regard noir.


Je sortis mon flingue de ma ceinture et le montra bien en évidence. Le caissier fit les yeux rond en me regardant puis en regardant Joshua qui, a ma grande surprise était tout aussi calme que moi mais avait, aussi, un flingue dans la main :


- C'est pas possible sa, Commença-t-il, Je me suis dit : Aller ! Je vais le butter une autre fois, j'ai fait la rencontre d'une fille et tout... Mais ce gros con viens quand même chercher la merde, putain !


Mais où je suis tomber ?


- Heu, Joshua ?
- Ouais ! Déclare t-il en pointant le flingue sur la tête du caissier qui avait l'air de se chier dessus, J'étais venu exprès pour le butter, mes potes attendent a l'arrière du magasin le bruit d'un coup de feu pour rappliquer et m'aider a cacher le corps et a effacer toute trace de ma visite ici mais bon.. Sa fait longtemps que j'ai plus baiser, tu vois ? J'allais te laisser une chance gros porc, mais finalement je vais quand même te butter.
- Houlà, calme toi Joshua ! Imagine qu'un flic se ramène et puis qu'est-ce qu'il a fait ?


Je pioche dans un packet de Skittles tout en poussant toute les chips d'une étagère pour m’asseoir en attendant une réponse qui ferait que, je le laisserais finir son travail.


- Il viole sa fille de 12 ans.


Je fis une grimace de dégoût tout en regardant le gros ventre du caissier. Je baisse un peu plus la tête et remarque qu'il se pisse dessus.
Je prend mon flingue et d'un coup, sans remord, lui tire entre les jambes. Je peux être cruelle quand je veux.
Un cris sanglant raisonne dans le magasins puis tout un groupe de jeunes débarque avec des flingues. Deux filles se mettent a éteindre les caméra, un mec s'occupe de fermer les stores en vérifiant bien que personne ne vois la scène puis se dirige vers nous.


- Putain Joshua, qu'est-ce que ta foutu ? S'écrit-il en regardant le caissier crier par terre en se tenant se qu'il lui rester de virilité.
- C'est pas moi, Déclare Joshua d'un air désinvolte en rangeant son arme, C'est ma nouvelle copine.


Le mec me regarde un instant avant de regarder mon arme. Je lui souris et fini le packet de Skittles avant de descendre de l'étagère et de lui serrer la main :


- Vous êtes efficaces dit donc ! M'étonnais-je.
- T'es qui toi ?
- Je m'appelle Nella.
- Ouais, c'est sa ouais.
Je ris en remarquant qu'il ne tomber pas du tout dans le panneaux de la nouvelle arrivante avec un jolie nom. En même temps, lorsque la nouvelle arrivante arrive avec un flingue, on se posent des questions.
- Si tu dis a qui que se soit..
- Quoi ? Le coupais-je, Si je dit a qui que se sois que j'ai tuer un violeur ?


Il grimace en me regardant de haut :


- Tu ne l'as pas tuer.


Le caissier était encore en train de pleurer lorsque je repris mon flingue et lui tira une balle dans la tête.
Je me tourna vers le mec et déclara :


- Voilà.


Je pris quelques packet de chips et sortis par la porte. Mais avant sa, j'avais bien pensé a laisser mon vrai numéro sur le packet de Skittles en espérant que Joshua le voit. Moi non plus... Je n'avais pas baisé depuis longtemps.

 

                                                                                                         ***


Arrivé dans l'appartement que j'avais loué en attendant de m'en trouver un vrai, j'alla de suite a la cuisine pour laver mes mains et mon flingue. Je sortis toute mes affaires de mon coffre et lorsque j'entra dans ma chambre pour ranger mes habits j'eu une mini crise cardiaque. Akim était sur le lit.


- Tu joues a quoi là ? Me demande-t-il calmement.


Je pris vite mon arme qui était dans ma ceinture et le mis bien en évidence mais surtout pas pointé sur lui, il le prendrait comme une menace.


- Toi, tu joues a quoi Akim ? Tu me suis maintenant ?
- Je t'ai demander si tu quittais la ville et tu m'as dit que non !
- C'est vrai.


Il sortit un flingue plus gros que le miens et tira dans ma valise, à quelque centimètre de moi.


- Et c'est quoi ça ?!
- Je ne quitte pas la ville, Akim. J'avais juste besoin de faire un tour, je rends visite a des amis, c'est tout.


J'articulais bien, pour ne pas qu'il croit que je stressais... Malgré tout, Akim est la seule personne avec qui je me chie vraiment dessus.


- Des amis hein ? Rit-il d'un air mauvais, Tu te fou de moi Sarah ?
- Je n'oserais pas, Akim. Tu sais très bien que je fais partie de ton gang..

Au moment ou j'allais lui faire mon charabia et poser mon arme en signe de capitulation, quelqu'un frappa a ma porte. Akim me fusilla du regard avant de se lever pour aller ouvrir.


- C'est qui ? Me demande-t-il une fois devant la porte fermer.
- Je suis pas devin ! T'a qu'a ouvrir.
- Qui dit que c'est pas quelqu'un que t'a appeler pour me butter ?
- Franchement Akim ! Je ne savais même pas que tu me suivais !


Il me jette un dernier regard avant d'ouvrir doucement la porte, son arme dissimuler derrière son dos.


- Est-ce que Nella est là ? Demande la voix de Joshua derrière la porte.


Je souffle en me tapant le visage. Il ne manquait plus que sa !
Akim me regarde de haut, comme si j'étais une traîtresse et ouvre en grand en me chuchotant à l'oreille :


- Nella, hein ? Et après tu ne te fou pas de moi ?


Joshua rentre d'un pas hésitant malgré mon regard suppliant. Sa se vois qu'il se méfie de Akim. Lorsque celui-ci referme la porte, il montre son arme en évidence et invite Joshua à s’asseoir, se qu'il fit sans me lâcher des yeux. Mais qu'est-ce qu'il foutait là ? Lui aussi il m'a suivie ? Je manquait vraiment de sommeille parce que je n'ai rien remarquer !


Ça va Nella ? Me demande Joshua l'air inquiet.
- Bin répond lui, Nella ! Ris Akim d'un air mauvais.


Puis il s'approcha de moi dangereusement, voulant m'attraper par le poignée mais s’immobilisa nette. Joshua, dans son dos, pointait un flingue sur sa nuque.
Akim était fou de rage et au moment où il allait lever son point pour ME frapper, je sortis mon arme et lui pointa sur le front.


- Tu jettes ton arme ! Criais-je les mains tremblantes.


Je n'avais jamais pointer une seule arme sur Akim et Dieu seul sais se qui arrive a ceux qui oses le faire ! Heureusement qu'il ne savait pas que j'avais un frère, sinon, si il sort d'ici vivant, il n'hésitera pas a aller le voir. Handicapé ou non.
Mon coeur fit un bon rien qu'a cette pensée puis je revins a moi, constatant qu'Akim ne jetais toujours pas son arme.


- Fait pas la conne, Sarah. Tu vas vite enlever ton flingue de mon crâne et tu vas dire a ton copain de se casser fissa. Sinon, tu peux être sur que je te ramène a ClimLand, dans le coffre et sans vie.
- Tu n'es pas dans une position pour négocier là, Intervint Joshua, Tu poses ton arme sinon je te butte sa fils de pute.


Joshua a le dont pour dire des gros mots en restant calme, se qui fait encore plus peur. Akim grogne et jette son arme au sol. Je la pousse encore un peu avec mon pied de manière a se qu'elle se retrouve dans la cuisine.


- Les mais derrière la tête et à genoux, Aboyais-je.


Il s’exécuta et je lui asséna un énorme coup sur la tempe. Sa tête partis sur le côté mais Akim resta Akim, j'aurais beau le torturer, il va cracher et me lancer :


- C'est pas cogner ça, pétasse !


Je lui donna un autre coup avec mon flingue cette fois et il tomba par terre.


- Relève toi, pétasse ! Criais-je plus fort que lui.


Il se remis a genoux et je lui balança un énorme coup de bien dans les couilles. Il se cambra en avant en poussant un cris étouffé mais il ne crier pas encor vraiment.
Alors je repensais au jour où il m'a appris a tenir une arme dans les mains. J'avais 11 ans et je ne jouais pas encore aux poupée. Toute mon enfance se résumé a rester avec le gang de mon père et attendre dans la voiture lorsqu'il allaient braquer des magasins où s'occuper de la marchandise.. Quand les flics se ramenaient, je klaxonnais.


Je pensais aussi au jour où Akim à battu mon père jusqu’à l'évanouissement devant mes yeux. Je n'aimais pas mon père, mais ma violence, je la déteste encore plus. Et je la doit a Akim. Akim qui m'a fait tuer des gens, Akim qui m'enfermer pendant des jours en attendant que mon père lui ramène sa drogue et qui menaçait trop souvent de me tuer. Akim qui invité des prostitués le jour de mon anniversaire, avec tous mes amis. Akim qui m'a fait regretter de vivre, Akim qui m'a volé mon enfance, Akim.. Akim...


La rage qui me consumait a présent était tel que j'en tremblais. Joshua s'étais re-assis, attendant de voir comment j'allais m'y prendre et Akim face a moi qui ne laissais paraître aucun sentiments. Cependant il dit quelque chose qui me sortis de mes gants :


- Je t'ai élevée comme ma fille, tu ne peux pas me faire sa.


Je lui appui encore plus l'engin sur le front en poussant sa tête en arrière et je lui murmure :


- Je vais me gêner.


Alors, je lance un regard a Joshua qui, de suite me trouve une batte de Baseball. J'ai frapper Akim, ce soir là, jusqu’à se que la sueur me vienne. Je pleurais, je criais, je demandais à se que l'on me rende mon enfance gâcher. Je l'entendais pour la première fois crier et sa me faisait du bien. Cet homme m'a gâcher autant l’existence que mon père. Voir son visage couvert de sang et gonflé m'a fait un bien fou. Il n'arrivait presque plus à déglutir lorsque j'enleva la ceinture de mon jean et que je l'a lui mise autour du coup. Je pleurais tellement que, je vis plusieurs fois Joshua hésité pour venir me prendre dans ses bras mais, heureusement pour lui, il est resté à sa place. J'avais tellement la haine que j'aurais pu le tuer, lui aussi.


Akim est mort cette nuit là. Je l'ai tuer.

 

                                                                                                        ***

 


Nella Commisarait 9h15

 

Aron avait pris un calepin et notait tout se que je disais. Au cours de mon récit il ne paraissait rien ressentir mais maintenant que je lui avouais que j'avais tuer deux personne et plus j'avais peur de sa réaction...


- Je ne suis pas un monstre.


Aron arrêta de suite d'écrire pour me regarder pleurer. J'avais honte, je ne voulais plus en dire plus que ça, je n'étais pas un monstre !


- C'est encore des fausses larmes ? Demande-t-il impassible.
- Pense ce que que tu veux, Dis-je en m’essuyant les yeux se qui était en sois ridicule vu que d'autres larmes prenaient leurs places, Tu peux penser se que tu veux Aron, vraiment. Mais sache que je ne suis pas un monstre et que les sentiments que j'ai pour toi sont réels, je ne t'ai jamais mentis sur ce point de vu là.


Je n'arrivais plus à le regarder en face. Mon masque de fille qui s'en foutais retombait et je savais qu'Aron n'en croyait pas un mot. C'est logique en même temps, personne ne croit une tueuse, personne n'écoute une menteuse, personne n'aime un monstre...


- Tu me déteste, Pleurais-je encore plus fort, Tu me déteste Aron ! Je t'en supplie ne me déteste pas !


Il se leva et contourna la table pour me faire face. J'essuya vite mes larmes mais je n'arrivais pas à empêcher mes battements de cœurs et mes hoquêts... Aron me tenais le menton pour me regarder dans les yeux. J'avais l'impression de mourir, je voulais qu'il me rassure, qu'il me dise qu'il ne me déteste pas et qu'il me prenne dans ces bras mais il n'en fis rien. Il se contant juste de dire :


- Comment te croire ? Tu m'as tellement mentis... Et puis comment être sur que cette histoire n'est pas un mensonge ?
- Je te l'ai dit : Pense se que tu veux, je te raconte toute la vérité à toi d'en faire se que tu en veux.


J'attrapa son calepin sur la table et le lui donna, une larme coula et mouilla le papier sur le nom " Joshua " qui était souligner en rouge et avec insistance. Je suivis des yeux le regard de Aron et je vis que sa mâchoire se crispa. Alors c'étais donc ça ?


- Tu es si désagréable avec moi parce que je ne t'ai pas parler de Joshua ? Tu es jaloux ?
- Est-ce que tu as couchée avec cet homme ?
- Répondre à cette question n'aidera pas l'enquête à avancer...
- Je veux que tu me répondes Nella ! Ou Sarah ! Je ne sais même plus comment t'appeler ! Je ne te connais pas en faite, comment j'ai pu croire que tu pouvais être amoureuse de moi ? Regarde toi ! Regarde moi ! Tu ras en prison et sa vas s'arrêter là !


Je pleurais encore plus à présent, J'essayais de prendre Aron dans mes bras mais il me poussa et je tomba a terre. Le souffle me manqua et j'étais tellement étonné que les seules paroles que j'osais dire alors qu'Aron s'excuser et essayer de me relever étaient :


- Oui ! Oui, j'ai couchée avec Joshua ! Et tu peux pas savoir à quel point c'étais bon !


Je vis le visage de Aron se décomposer. Il s'assit par terre a côté de moi, et je vis sa lèvre commençait a tremblée...


- Tu n'es pas un monstre, Nella ! Tu n'es pas un monstre !


Il se mis a pleurer et je le pris dans mes bras. Je pleura avec lui un bon moment car lorsque je vis le calpin au sol a côté de nous il y avait marqué en gros : TÉMOIGNAGE DE NELLA ( MA FEMME ).