tumblr_m4cni7SC8L1r9jecu

                                                                                   SummerVille.Chap.3

 

Aron était aller me chercher du thé après notre scène d'affection. Je savais que sa prendrais du temps pour qu'il me pardonne mais il devait faire en sorte que je n'aille pas en prison ! Si sa n'en tenais qu'à moi, j'irais volontiée, juste pour oublier tout mes promblèmes... Mais si j'avais raison...
Je posais une main sur mon ventre à peine rond. Je ne sais pas comment je fais pour réussir à rester calme... Je suis enceinte.
Aron revien dans la salle et, de suite, je remets mon tee-shirt sur mon ventre. Heureusement qu'il est large.


- Tien, Me dit-il en me tendant le thé.
- J'ai pas soif, j'ai faim.
- Tu ne vas pas faire des chichis quand même ?
- Il faut bien que je mange, je ne sais même pas quelle heure il est !


Aron souffle en s'assayant sur la table face à moi :


- Si tu continus à témoigner, je te trouverais à manger.
- D'abord je mange, après je parle.
- Tu n'es pas dans une position pour négocier.


Je baisse les yeux sur mes mains, ne voulant plus croiser son regard. Et si je lui disais ? Il ne me croirait surement pas... Et puis, si il n'est pas de lui, il me detestera encore plus. Je suis peut-être juste grosse ?
Grosse mais avec des contractions ? Impossible. Il fallait que je lui dise !


- Aron, tu vas encore me prendre pour une menteuse mais...


Son regard se posa sur mes mains que je fixais toujours. Il me pris le menton pour que je le regarde dans les yeux mais je le force à me lâcher.


- Ne me met pas en prison ! Je t'en supplie ! Dis-je en lui poussant la main.


Ma réaction l'étonna et sa tristesse parrut lui arracher le coeur.


- C'est pas moi qui décide, tu le sais bien.
- Mais... Si il y avait une solution ? Si je te déclarais quelque chose de tellement fort que tu serais obligé de me laisser libre ?
- Je ne t'épouserais pas.


J'écarquille les yeux. Hein ? M'épouser ? Mais non !


- C'est pas gentil ça, Déclarais-je avec une pointe d'Ironie.
- Peut-être. Je t'aime Nella, mais si je dois t'épouser se n'est surement pas pour que tu sortes de prison !


Je ris nerveusement en oublia carrement que j'étais enceinte. Il ne veut pas m'épouser même si c'est pour me sortir de taule ? Il dit qu'il m'aime mais il n'est pas prêt à me mettre la bague au doigt pour sauver ma peau ?


- Je suis enceinte Aron ! C'est se que je voulais dire ! Mais toi, de suite tu me balances au visage que tu ne veux pas m'épouser ? T'es vraiment un imbécile...


Je me lève et fait le tour de la table en attendant sa réaction. Je viens de le dire à haute voix et je suis sûr que sa réaction sera, comme à son habitude, froide et méchante.


- Tu me mens c'est ça ? Déclare-t-il comme je m'y attendais.


Je le regarde et vois que son visage est impassible. Je souffle et m'apprêtre à lui dire que je ne suis pas sûr lorsque je sens un liquide chaud le long de mon jean. Lorsque je baisse la tête, je remarque que du sang, beaucoup de sang, coule sur mon pantalon.
Je regarde Aron qui a aussi remarqué ce sang et je commence à paniquer :


- Qu'est qu'il m'arrive ?
- Tu étais vraiment enceinte ?
- Je sais pas ! Je n'en suis pas sûr ! C'est quoi tout ce sang ? Pourquoi sa seigne autant ?


Je secoue Aron par les épaules alors qu'il essai de garder son calme. Mais qu'est-ce que j'ai bon sang ?


- Si tu es enceinte, en tout cas, tu viens de perdre le bébé, Déclare Aron avant de sortir. Me laissant seul avec tout ce sang.


Je m'affale au sol et pleure toute les larmes de mon corps. J'étais enceinte ? Je l'ai perdu ? C'est pas possible ! J'ai perdu mon enfant ! J'ai tuée mon enfant ! J'ai tuée un être qui ne m'avait rien fait ! Comme quand j'ai tuée ma mère ! C'est de ma faute, tout est de ma faute !
Aron réaparait avec quelqu'un qui ressemble à un médecin et deux dames. Une m'aide à me lever mais mes jambes ne me porte plus et je pleurs tellement que je ne vois même pas où elles veulent m'emmener. Alors Aron vient me porter et me poser doucement sur la table d'interrogation. Une infirmière essai de me découper le pantalon mais je la pousse et pleur encore plus fort :


- Laissez-moi ! Vous ne voyez pas se que j'ai fait ?
- Laisses-les faire Nella, c'est pour ton bien.


Aron me prend la main et déclare :


- Je t'épouserais.


Puis ma vue se brouille et les paroles de Aron résonne dans ma tête : " Je t'épouserais "...

 

                                                                                                                    ***

SummerVille.


Une semaine après la mort de Akim, je revis Joshua et une des filles qui était avec lui lorsque j'ai tuée le caissier. C'étais au petit restaurent du village : " Chez tante Joé ".
Il était tôt et le soleil était haut dans le ciel, on aurait dit que j'habitais dans une petite ville calme avec tout plein de gentilles personne.
Je m'étais assis à une table, seule, lorsque Joshua entra à son tour et s'assis face à moi :


- Ca va ? Me souris-t-il.
- Tu fais quoi là ? M'énervais-je, Tu m'as suivis ? Comme la semaine dernière ? Ecoute, t'a l'air gentil mais...
- Holà calme ! Je t'ai juste demandé si tu allais bien, je viens toujours déjeuner ici, mon épouse est serveuse.
- Ton épouse ? M'étonnais-je.


Il hocha la tête et appela une serveuse qui était derrière le comptoir : La fille de la superette. Alors comme sa, il allait l'épouser ? Lui, un tueur ? C'est plutot gloque...
La fille arriva et me dit bonjours sans trop d'entrain. Joshua lui tapa les fesses avant de me regarder et de me dire :


- Je l'ai mise enceinte, donc je suis obliger de l'épouser.


Je fis les yeux rond en esperant que personne ne l'avait entendu. La fille paraissait gênée, elle aussi. Et dire qu'il voulait coucher avec moi ! Maintenant qu'il me l'a dit, je remarque le petit ventre rond de la fille.
Joshua recommence à parler de ses explois aux lits avec elle puis s'en alla. Je n'avais même plus faim. Ce mec était dégueulasse. Il avait mis enceinte une jeune femme sans même se préocuper de son avenir ni de l'avenir de l'enfant qui grandira avec des meurtiers.
Je me leva et me dirigea vers les toilettes. Je me força à vomir tout se que j'avais avalée amèrement. Je n'aimais pas vomir, mais ce jour là, sa m'avais fait un grand bien.

 

                                                                                                         ***


Je ne voulais pas que Aron m'épouse. Parce que je n'avais plus rien à perdre. Je ne voulais pas finir comme cette fille qui était obliger de rester avec Joshua toute sa vie. Emprisonnée à jamais. Plutôt aller en prison !
Quand je me réveilla, j'étais dans un lit d'hôspital. J'étais quand même menottée aux barreaux du lit ... Génial.
Aron se leva directement lorsqu'il me vit les yeux ouverts. Il avait l'air inquiet pour moi : Sa chemise était déboutonnée en haut et ses cheveux étaient tout ébourriffés. Je ris lorsque je le vis comme ça, même si j'avais affreusement mal au ventre.
Il fronça les sourcils et reboutonna sa chemise, vexé. Je ris encore plus se qui m'arracha une grimace de douleur et me ramena à la réalitée.


- Je suis un monstre, Soufflais-je.


Aron me pris la main et dit d'une voix calme :


- Il faudrait savoir : Sois tu dis que tu n'en est pas un et une autre fois tu me dis que tu en es un.
- Qu'est-ce que tu vois, toi ?


Il réflechis un moment avant de m'embrasser, lentement et avec amour. Mon coeur fit un bon de joie dans ma poitrine et j'oublia de suite la douleur. Il m'éffleura la joue de son pouce avant de se détacher et de me regarder dans les yeux :


- Je vois une femme, une mère.


Je ne compris pas de suite où il voulait en venir. Une mère ? Non, impossible. J'ai vu le sang couler !
Aron me sourit et se rassis au moment ou le médecin ouvrit la porte avec un calpin à la main. Il me pris la température et me demanda si j'avais mal au ventre. J'hocha la tête.


- C'est normal, c'est se qui arrive lorsque l'on fait une fausse couche, ménagez-vous un peu. Pensez au bébé.
- Mais... Vous venez de dire que j'ai fait une fausse couche ! M'emportais-je.


Aron et le docteur s'échangèrent un regard.


- Elle ne le sait donc pas ? Demanda le medecin à Aron.
- Savoir quoi ? Dis-je au bord de la crise de nerf, J'aimerais que l'on m'explique la situation !


Aron souffla et me repris la main. Je le regardais, incrédule. Depuis quand il était aussi doux avec moi ?


- Tu as fait une fausse couche, serte. Mais c'est pas tout...


J'attendais la suite avec impatience. Si il voulait me tuer, il allait réussir à le faire rien qu'en fesait durer le suspens !
Le medecin me sourit et sortit pour nous laisser plus d'intimitée je suppose...


- Nella, tu étais enceinte de deux jumelles. Tu as fais une fausse couche mais il en reste encore une.


Mon coeur s'arrêta. Une. Il en reste encore une. Je ne les ai pas tuées toute les deux, vu que j'avais des... Jumelles.


- C'est impossible, soufflais-je.
- Si, c'est vrai.


Aron avait les larmes aux yeux et me souriait de toute ses dents. Non...


- Je ne peux pas, non !
- Quoi ? Non, Nella calme toi, tout iras bien.
- Non, non !


Je pleurais de tout mon être, la déchirure que je sentis à ce moment là dans mon coeur était tel que j'avais envie de me l'arracher. Je ne pouvais pas la garder ! Je ne pouvais pas faire sa ! Elle grandira et elle comprendra...


- Elle me detestera ! Tu ne comprend pas ! Elle me detestera !
- Mais non Nella ! Pourquoi elle te detesterais ? Elle va t'ad...
- J'ai tuée sa soeur ! M'écriais-je plus fort, J'ai tuée sa soeur jumelle, Elle me detestera ! Elle me detestera !


Deux infirmières arrivèrent et Aron se décala. Je me débattais de toute mes forces. Il fallait qu'ils m'enlèvent cet enfant ! Je ne pouvais pas la garder ! Elle me reprochera d'avoir tuée sa soeur jumelle, c'est sûr ! Je suis un monstre, comment j'ai pu faire sa ? Je l'ai tuée...

 

                                                                                                          ***


Aron point de vue :

 

Je regardais Nella se débattre de toute ses forces. Je savais qu'il fallait que je fasse quelque chose mais la tristesse que j'avais lu dans ses yeux m'avais bouleversée. Elle pensée que c'étais de sa faute, que c'étais elle qui avait tuée notre fille... Mais c'est faux. Déjà qu'elle croit que c'est de sa faute si sa mère est morte, je ne peux pas la laisser croire qu'elle a tuée notre bébé.
Les infirmières l'endormèrent grâce à une seringue puis elles me demandèrent de sortir. Dans le couloir, je tomba nez à nez avec le sergeant.


- Monsieur Grinlof, Commença-t-il, Il faut que je vous parles !
- Oui sergeant ?


Il regarda la porte de la chambre d'hoôpital de Nella puis enleva son chapeau :


- Alors elle était enceinte ?
- Oui... Mais elle l'est toujours.
Il hocha la tête et décida enfin à me regarder. Il avait compris que l'enfant venait de moi, mais je ne savais pas se qu'il en pensait.


- On ne peut pas la laisser en liberté, vous savez ?
- Mais elle est enceinte, Déclarais-je calmement.
- Oui, c'est sûr. Mais qui dit qu'elle ne fera pas une autre fausse couche ?
- Je ne lui souhaite pas ! M'éxclamais-je.
- Et bien moi, si.


Le sergeant me regardait avec un tel air de dédin que je ne le reconnaissait même plus. Je n'en croyais pas mes oreilles : Il voulait que Nella fasse une autre fausse couche ? Sa la tuerais ! Elle se suiciderait, c'est sûr ! Même si elle a peur de garder cet enfant, elle ne supporterait pas de " Tuer " une autre personne.


- Elle mérite que ça, Continua le sergeant. Si elle n'avorte pas ou si elle ne fait pas d'autre fausse couche, je la placerais dans une prison spécial, au nord du mexique.
- Quoi ? Non ! Vous n'avez pas interêt à faire ça !
- Sinon quoi ? Elle me tuera ?


Puis sur ces mots il se tourna et avant de partir, déclara :


- Continuez à l'interroger ! Elle finira bien par nous donner le nom de ses alliés. On a déjà arrêté ce Joshua. D'autre personnes l'interroge.


Je me retenais de ne pas le retrapper et le tabasser à mort. Il ne pouvait pas m'enlever Nella et ma fille en même temps ! Il fallait que je sorte Nella de là, et vite.